De fumier et d’air frais

14 août 2018 | Affaires, Cultures, Élevage, Environnement, Technologies

Avant même que les fermiers aient le temps d’étendre leur fumier sur leurs terres, 50% de l’azote contenu dans le lisier se volatilise, une perte énorme d’engrais potentiel qu’ils doivent compenser par l’achat d’engrais chimiques produits à partir d’énergies fossiles. Pour résoudre ce problème tant économique qu’environnemental, une société norvégienne teste un système de réduction des émissions d’ammoniac tout en produisant son propre engrais azoté nécessaire à la croissance des cultures.

En mettant au point un réacteur à plasma, la firme N2 Agri parvient à fixer l’azote qui abonde dans l’air ambiant (78% de l’air est constitué d’azote) et à l’incorporer au fumier. Non seulement ce processus pourrait permettre aux agriculteurs d’économiser jusqu’à 20% du coût de leurs engrais artificiels, mais en captant l’azote qui fuit le lisier, il neutralise la partie de l’azote qui se transforme en protoxyde d’azote (N2O), ce gaz à effet de serre 310 fois plus polluant que le dioxyde de carbone. Pour ne rien gâcher, au contact de l’eau, cet azote récupéré forme de l’acide nitrique qui emprisonne l’ammoniac et en neutralise les mauvaises odeurs.

La firme prévoit qu’une ferme de 150 à 200 vaches aura besoin d’un réacteur à plasma de 25 kW. Il serait moins coûteux et de la même taille qu’un robot de traite. En épargnant sur l’achat de fertilisants chimiques, les fermiers pourraient rembourser le coût de leur réacteur à plasma en six ou sept ans.

De quoi mieux respirer, non?

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This