Franchir le mur du zinc

1 octobre 2019 | Bien-être animal, Élevage, Environnement, Porcin, Santé

L’oxyde de zinc (ZnO) a rendu bien des services à l’humanité. Il est, entre autres, entré dans la fabrication des crèmes solaires, du verre, des toitures et du ciment dentaire.

Grâce à sa capacité à diminuer le nombre de bactéries pathogènes

dans l’intestin, il est prisé pour éliminer la diarrhée des porcelets à peine sevrés.

Hélas, en raison du risque de contamination environnementale des sols et de la

filtration possible vers l’eau, il sera interdit dans l’Union européenne d’ici 2022.

Au secours !

Pour bien des éleveurs canadiens, l’oxyde de zinc à forte dose s’avère une

solution de remplacement aux antibiotiques. Or, voici qu’en plus de son

bannissement en Europe, son utilisation est aussi contestée chez nous. Il semble

que le composé chimique serait responsable de l’apparition de bactéries

résistantes aux antibiotiques.

Afin de déterminer les meilleures pratiques pour obtenir le sevrage des porcelets

sans utiliser d’antibiotiques ni d’oxyde de zinc, des experts mondiaux se sont

récemment réunis à Copenhague (Danemark) pour la première édition du

« Sommet Zéro-Zinc ». S’ils ont convenu qu’il n’existe pas un additif alimentaire

qui puisse remplacer le ZnO pour sa capacité à prévenir la diarrhée, ils sont sûrs

qu’une stratégie multifactorielle pourrait venir à bout du problème.

On y a fait état de nombreuses stratégies de nutrition pouvant aider à réduire les

problèmes de diarrhée épidémique porcine. Il a été question de taux de protéines

dans l’alimentation, d’augmentation de la consommation de fibres lentes et

résistantes, de l’addition de 4 % de son de blé à l’alimentation, d’une faible

teneur en protéines qui réduisait le nombre de jours de traitement de 25 %, d’un

supplément alimentaire contenant la bactérie Bacillus subtilis, de mélanges

d’acides organiques qui auraient le potentiel de remplacer des niveaux plus

élevés de zinc et même d’un vaccin oral pouvant être administré à partir de 18

jours et offrant une protection contre E. coli F4 et F18-positif. À défaut de solution

miracle, il reste à marier les stratégies.

Source : Pig Progress

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This