Les bons mercenaires

1 octobre 2019 | Cultures, Environnement, Sciences, Technologies

Quand des hordes d’acariens, de pucerons et autres bibites sans foi ni loi fondent sur vos cultures, il faut vite contre-attaquer.

Mais avec les pesticides chimiques qui ont de plus en plus mauvaise presse, comment combattre les envahisseurs tout en montrant patte blanche? Une firme américaine avec à sa tête un ancien militaire de la US Air Force propose le parachutage ciblé d’agents de lutte biologique naturels qui déciment les parasites ennemis sans faire de dommages collatéraux à l’environnement.

Sortez les drones!

Utilisant de nouveaux mécanismes de libération synchronisés avec leurs pilotes automatiques, les drones de la firme UAV-IQ (Unmanned Aerial Vehicle Intelligence) libèrent de manière uniforme des insectes utiles qui contrôlent efficacement les populations de parasites. Auparavant, des vols de reconnaissance permettent d’évaluer, parcelle par parcelle, rangée par rangée et plant par plant la position et les forces ennemies sur le terrain. Une fois les cartes établies, les stratégies de contre-attaque sont établies et mises en œuvre.

Les insectes des « forces du bien » développés par des alliés de UAV-IQ parviennent même à neutraliser les parasites qui se terrent là où les produits chimiques ne peuvent les atteindre. Non seulement cette forme de guerre larvaire permet de réduire de façon significative l’utilisation de pesticides chimiques, mais elle est dix fois plus rapide que le recours à des ouvriers dans les cultures.

Source : UAV-IQ

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This