Déshabillez-moi !

14 février 2019 | Alimentation, Avicole, Environnement, Technologies

On entend de plus en plus dire que la production de viande serait responsable de près de 15 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) liées aux activités humaines. Il y a toujours matière à débat, mais n’est-ce pas déjà une bonne raison pour éviter le gaspillage et réduire les pertes ? Le poulet a beau être la viande émettant le moins de GES par kilo, l’industrie met tout en œuvre pour valoriser la chair au maximum. Ainsi, une firme a développé un système de désossage des cuisses et les pilons de poulet qui ne fait pas de quartier.

Sur une chaîne de travail haute technologie, l’os est séparé de la viande avec une efficacité digne d’un boucher, rapidité en plus. Cet équipement conçu par la société islandaise Marel élimine presque toute intervention humaine et permet aux transformateurs d’ajouter une plus value à cette partie de la viande de poulet qui était, jusqu’ici, moins prisée.

Marel fournit également des équipements, des systèmes, des logiciels et des services aux industries de transformation de la viande et du poisson qui permettent le contrôle des processus, une traçabilité en temps réel et une surveillance du débit. Bref, ses utilisateurs n’y laisseraient pas leur peau !

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
La température en 3D

La température en 3D

Gabriel Fahrenheit, le physicien allemand qui a mis au point le thermomètre à mercure, serait certainement déçu de voir son invention remisée aux oubliettes. Mais il capoterait devant ces caméras industrielles 2D et 3D qui, jumelées à des algorithmes rompus...

Au meuuuuunu, ce midi…

Au meuuuuunu, ce midi…

On le sait depuis longtemps, en matière de fibres alimentaires, l'herbe et le fourrage constituent le nec plus ultra pour la bonne santé du bétail. À cela, bien sûr, on rajoutera graminées et autres plantes. Ce n’est pas le choix qui manque. Maïs, blé tendre, orge,...

La guerre au périssable

La guerre au périssable

Pour ne pas manger ses bas, il ne suffit pas à un producteur de grain de bien ensemencer ses champs, de jouir d’une météo idéale durant toute la période de croissance et de procéder à la récolte dans de bonnes conditions. L’entreposage de ses céréales est absolument...

Dernières publications

Loading
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

Prochain événement

Si t’es dans le champs côté élevage, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrits!

Pin It on Pinterest

Share This