Propreté génétique

14 février 2019 | Élevage, Environnement, Porcin, Sciences

Pour une partie de la population, l’idée de permettre le recours aux techniques de génie génétique fait frémir. Si la vigilance est essentielle, tout n’est pas à proscrire. On compte 6 millions de porcs aux États-Unis. Si les améliorations génétiques n’avaient pas été introduites au cours des 70 dernières années, ce serait 15 millions de porcs qu’il faudrait aujourd’hui élever pour produire la même quantité de viande. À ce seul chapitre, la réduction de l’empreinte carbone s’est avérée considérable.

Le bilan environnemental et sanitaire pourrait encore s’améliorer si seulement les législateurs ouvraient la porte à l’édition de gènes. Au-delà des programmes de sélection traditionnels, les chercheurs étudient des moyens d’améliorer la production en s’attaquant aux impacts environnementaux, aux maladies et au contenu nutritionnel en utilisant des technologies modernes, telles que la transgénique et les outils d’édition de gènes. C’est du moins ce que soutient Alison Van Eenennaam, spécialiste en génomique animale et biotechnologie au département des sciences animales de l’Université de Californie.

Elle rappelle qu’en 1999, des chercheurs canadiens de l’Université de Guelph ont mis au point « Enviropig », un porc capable de digérer lui-même le phytate par modification génétique, ce qui réduisait de 40 % le contenu de phosphore dans ses déjections et, du même coup, l’eutrophisation des masses d’eau, la prolifération d’algues et d’autres problèmes environnementaux.

C’est sans parler de ces équipes de recherches écossaises, états-uniennes, allemandes et chinoises qui utilisent des techniques génétiques avancées pour produire des porcs résistants au Syndrome dysgénésique et respiratoire du porc (SDRP) et au virus de la peste porcine africaine qui ont aussi une incidence indirecte sur l’environnement.

Source : The Pig Site

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Photo: Opération Dernière Chance 3,1 millions de tonnes. C’est la quantité de résidus alimentaires produite annuellement au Québec, selon une étude menée par Recyc-Québec publiée en juin 2022. Et le plus frappant dans tout ça, c’est que 39% de ces résidus alimentaires...

Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This