Mort foudroyante

14 août 2017 | Cultures, Environnement, Sciences, Technologies

Vu l’engouement grandissant que connaît l’agriculture biologique, les producteurs qui souhaiteraient surfer sur la vague n’auront d’autre choix que de délaisser l’utilisation des pesticides chimiques. Mais que faire pour se débarrasser des mauvaises herbes qui sont responsables d’au moins 10% de toutes les pertes de rendement ? Une firme suisse a décidé de prendre les grands moyens. Elle a développé un électroherbicide qui s’abat sur le chiendent comme la foudre. Et, par Jupiter, il semble que ça marche !

Après avoir constaté que le Brésil utilise l’électricité à cette fin depuis des années, le groupe suisse Zasso, qui a deux filiales en Allemagne et au Brésil, a pris la décision de déployer et d’affiner la technologie en Europe.

Depuis de 10 août, l’Institut de recherche de l’agriculture biologique associé au projet teste cet outil près de Bâle. Le prototype est un tracteur équipé d’un générateur à l’arrière et de deux rangées de spatules métalliques montées sur l’attelage frontal. Le dispositif envoie dans le sol une décharge électrique de 5000 à 15 000 volts qui fait littéralement éclater les vaisseaux des plantes avant de retourner au générateur.

Si le système est homologué, il pourrait devenir une alternative aux herbicides chimiques de synthèse.  Adieu glyphosate et compagnie !

Source : RTS Info

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This