Le coût des odeurs

14 juin 2018 | Cultures, Environnement, Porcin, Santé

En Caroline du Nord, l’industrie porcine est passée de deux millions de porcs en 1990 à 8,9 millions aujourd’hui. Or les habitants de Beulaville apprécient de moins en moins le «parfum» de pourceau. Au point où des citoyens partent en guerre contre le purin de la Smithfield Foods Inc. Dans leur poursuite, les résidents veulent forcer l’entreprise à devenir un bon citoyen corporatif et à adopter des méthodes de production moins nuisibles à l’environnement. Est-ce possible ? Il semble bien que oui.

Si les avocats des plaignants soutiennent que les odeurs ont réduit la qualité de vie de leurs clients de façon importante au point de causer de la toux et du vomissement, le président de Smithfield rappelle, lui, que ses fermes ou celles de ses producteurs à forfait sont conformes à la réglementation environnementale locale et fédérale. Ce dernier refuse d’autant plus qu’on accuse son entreprise d’être une nuisance publique que le bruit et les odeurs vont de pair avec l’exploitation d’une ferme.

Au départ, les autorités de l’état avaient accueilli favorablement l’entreposage du purin dans des fosses extérieures et leur épandage comme fertilisants sur les terres. Par contre, avec la croissance de l’industrie, ces bassins se sont remplis et ont débordé durant les pluies se déversant ainsi dans les cours d’eau. Ainsi en 1997, un moratoire sur la construction de nouvelles installations porcine utilisant des fosses extérieures a été mis en place.

Les installations visées dans la poursuite font partie de celles construites avant 1997 comme la plupart de celles de l’état. Les avocats des résidents ont affirmé dans les documents déposés qu’ils sont préoccupés du fait que Smithfield qui est maintenant propriété du géant chinois WH Group depuis 2013 veut accroître sa production pour répondre à la demande croissante de la Chine, ce qui augmenterait les nuisances.

Les plaignants souhaiteraient, par exemple, que la compagnie utilise le purin pour produire de l’énergie. Smithfield affirme que l’application de telles méthodes réduirait sa profitabilité et mettrait en péril son modèle d’affaires dans cet état où il en coûte déjà plus cher à produire qu’en Iowa puisqu’il lui faut importer la majorité du grain. Si la poursuite a gain de cause, le géant de la production porcine craint que cette poursuite détermine le sort de centaines d’autres causes semblables contre Smithfield.

Peu importe l’issue de cette bataille juridique, les pressions sur l’industrie porcine sont là pour rester.

Une des pistes de solution réside en l’optimisation des méthodes de production afin de réduire les niveaux de purin. Plus particulièrement, l’utilisation de systèmes de monitorage permettant le contrôle en temps réel de l’apport en nourriture et en eau. Ces systèmes, en plus de favoriser la réduction des rejets par un apport calibré en nourriture, génèrent des économies par la diminution de la consommation de nourriture et la fréquence de vidange des fosses. L’argument de Smithfield voulant que l’adoption de nouvelles technologies compromettrait la viabilité de ses opérations en Caroline du Nord aurait donc moins de poids qu’il le prétend.

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Photo: Opération Dernière Chance 3,1 millions de tonnes. C’est la quantité de résidus alimentaires produite annuellement au Québec, selon une étude menée par Recyc-Québec publiée en juin 2022. Et le plus frappant dans tout ça, c’est que 39% de ces résidus alimentaires...

Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This