Encore de la viande, m’nan !

12 janvier 2016 | Alimentation, Environnement, Santé

On entend de plus en plus souvent dire qu’il faut 10 000 litres d’eau pour produire un kilo de viande ou un litre de lait. À la dernière conférence sur les changements climatiques des Nations Unies, même Arnold Schwarzenegger prêchait pour un régime végétarien afin de sauver la planète.

Or voici qu’une nouvelle étude menée à l’Université Carnegie Mellon (Pittsburgh, Pennsylvanie) vient jeter un pavé dans la salade. «La laitue que l’on mange, déclare Paul Fischbeck, professeur de sciences sociales, d’ingénierie et de politique publique,émet trois fois plus de gaz à effet de serre que le bacon.» Il soutient même que les aubergines, le céleri et les concombres sont écologiquement plus nocifs que la viande de porc ou de poulet.

En examinant, entre autres, les procédés de culture, de transformation et de transport des aliments sous l’angle des ressources utilisées, les chercheurs ont conclu que la consommation d’aliments plus sains tels un mélange de fruits, légumes, produits laitiers et fruits de mer augmentait l’impact environnemental. On parle d’une hausse de 38% en besoins énergétiques, de 10% de consommation d’eau et de 6% d’émissions de GES.

Par ailleurs, le nouveau guide alimentaire américain n’a pas banni les viandes maigres, les œufs et les produits laitiers de sa nouvelle version. Cela ne plaît pas à tous les intervenants du domaine de la santé. C’est, entre autres, le cas de l’American Cancer Society — Cancer Action Network qui se dit déçue que le guide ne recommande pas de limiter la consommation des viandes rouges et transformées.

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Au meuuuuunu, ce midi…

Au meuuuuunu, ce midi…

On le sait depuis longtemps, en matière de fibres alimentaires, l'herbe et le fourrage constituent le nec plus ultra pour la bonne santé du bétail. À cela, bien sûr, on rajoutera graminées et autres plantes. Ce n’est pas le choix qui manque. Maïs, blé tendre, orge,...

La guerre au périssable

La guerre au périssable

Pour ne pas manger ses bas, il ne suffit pas à un producteur de grain de bien ensemencer ses champs, de jouir d’une météo idéale durant toute la période de croissance et de procéder à la récolte dans de bonnes conditions. L’entreposage de ses céréales est absolument...

Vers l’autonomie alimentaire au Québec

Vers l’autonomie alimentaire au Québec

Le ralentissement économique généré par la pandémie de COVID-19 a conscientisé les acheteurs à se tourner vers une consommation de produits alimentaires locaux. Le Québec, profitant de cette attention particulière accordée aux producteurs d’ici, a annoncé dernièrement...

Dernières publications

Loading
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

Prochain événement

Si t’es dans le champs côté élevage, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrits!

Pin It on Pinterest

Share This