La viande, un peu, beaucoup, pas du tout

1 octobre 2022 | Alimentation, La rubrique de Pierre, Sciences

Alors que le bétail représente aujourd’hui 14,5 % des émissions planétaires de gaz à effet de serre, les Nations Unies prévoient que l’humanité mangera 14 % plus de viande d’ici 2030. Cela voudrait dire plus de demande de pâturages et de cultures fourragères, plus de déforestation et plus de problèmes climatiques. Le véganisme, la seule option durable ? Des chercheurs prétendent qu’un monde avec une certaine agriculture animale pourrait avoir une empreinte environnementale plus faible qu’une planète entièrement végétalienne.

Un monde  sans viande nécessiterait environ un tiers de terres cultivées en plus, donc plus d’engrais, de pesticides et de carburant pour les tracteurs. Par contre, près de 40 % des terres arables mondiales sont utilisées pour obtenir des aliments pour animaux, avec tous les coûts environnementaux qui en découlent. Mais sachant que le bétail peut être nourri des déchets de récolte, cela pourrait changer la donne. Si aucune denrée comestible pour l’homme n’était donnée au bétail, si nous arrêtions de défricher les forêts pour créer de nouveaux pâturages et si 25 % des pâturages existants redevenaient des forêts, il serait possible d’obtenir environ les deux tiers de la quantité de viande qui était produite en 2013. De plus, le monde aurait besoin d’environ un quart de moins de terres cultivées qu’il n’en utilise aujourd’hui.

Mais attention ! Selon des chercheurs en systèmes alimentaires durables des universités de Wageningen (Pays-Bas), du Manitoba et de Tufts (Boston), si toutes ces conditions sont respectées, la planète pourrait, au maximum, produire juste assez de viande et de produits laitiers pour que tout le monde mange environ 20 grammes de protéines animales par jour. Le Nord-Américain moyen qui en ingurgite 70 grammes n’aurait plus besoin de recourir à WeightWatchers !

Source : The Atlantic

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Les traîne-la-jambe

Les traîne-la-jambe

Si un soldat arrive au centre de recrutement avec un caillou dans la botte, c’est facile d’identifier son problème et de le régler. Mais si la moitié du régiment se pointe en boitant, bonne chance pour la campagne de Russie ! Même combat dans les poulaillers. On a...

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Photo: Opération Dernière Chance 3,1 millions de tonnes. C’est la quantité de résidus alimentaires produite annuellement au Québec, selon une étude menée par Recyc-Québec publiée en juin 2022. Et le plus frappant dans tout ça, c’est que 39% de ces résidus alimentaires...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This