Pétale attraction

14 février 2018 | Cultures, Environnement

Dans les milieux écologiques, plus ça va, moins les pesticides ont la cote. Potentiellement dangereux pour la santé humaine, ils peuvent contaminer les sources d’eau potable, détruire des espèces utiles et se répandre dans les champs voisins. Afin de diminuer l’utilisation des insecticides, des scientifiques du Royaume-Uni testent une nouvelle stratégie de plantation de fleurs sauvages au milieu des cultures. Ils souhaitent ainsi attirer les insectes bénéfiques qui s’attaquent aux pucerons et autres ravageurs.

Le recours aux fleurs sauvages sur le pourtour des terres cultivées n’est pas nouveau pour les agriculteurs soucieux de l’écologie. Mais on a constaté que les coccinelles et guêpes qui s’en prennent aux insectes nuisibles ont un peu la flemme de se disperser sur l’ensemble d’un champ. Aussi, le Centre d’écologie et d’hydrologie a demandé à une quinzaine d’agriculteurs de planter au milieu de leurs cultures des bandes de fleurs sauvages de six mètres de large espacées de 100 mètres.

Après cinq ans, les tests initiaux semblent indiquer que les rayures fleuries permettent aux dévoreurs de ravageurs de couvrir toute la surface cultivée des fermes. Mais tout n’étant jamais parfait, il appert que, même si utilisés en plus petite quantité, les pesticides nuisent aux fleurs et aux bons insectes.

Il faudra donc plus de recherche pour savoir si une plus grande couverture d’insectes bénéfiques l’emporte sur les dommages potentiels des insecticides.

Source : The Guardian

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Photo: Opération Dernière Chance 3,1 millions de tonnes. C’est la quantité de résidus alimentaires produite annuellement au Québec, selon une étude menée par Recyc-Québec publiée en juin 2022. Et le plus frappant dans tout ça, c’est que 39% de ces résidus alimentaires...

Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This