Irrigation 4.0

30 juin 2021 | Cultures, Environnement, Sciences, Technologies

Au cours du 20ème siècle, alors que la population mondiale triplait, la consommation d’eau a été multipliée par six. Si bien que dans moins de dix ans, le manque d’eau affectera près de 40% de la population mondiale. Il est donc plus important que jamais d’irriguer plus efficacement les cultures. Conscients qu’à peine 25% des producteurs recourent à des méthodes de planification d’irrigation sont basées sur la science, des chercheurs de l’Université de l’Illinois ont proposé des façons d’améliorer l’irrigation de précision. 

Puisque trop souvent les capteurs d’humidité du sol champs ne sont pas suffisamment nombreux pour fournir des informations précises et que la résolution des images satellites est trop grande pour aider à prendre des décisions à l’échelle du terrain, les chercheurs ont trouvé un moyen de fusionner les technologies de la télédétection et de la modélisation avancée pour aider à suivre à distance les conditions du sol et des plantes. 

Pour tirer le meilleur parti de ces nouvelles technologies, il faudrait d’abord que l’industrie agricole redéfinisse le stress hydrique des plantes, non pas en se basant uniquement sur l’humidité du sol, mais sur son interaction avec la sécheresse atmosphérique. Cet élément couplé avec les données d’évapotranspiration en temps réel dont disposent les chercheurs, les agriculteurs pourront adopter des outils de décision d’irrigation de précision précis, flexibles et faciles à utiliser à l’échelle de leurs champs. Ces technologies sont testées dans des parcelles irriguées du Nebraska et un prototype devrait être lancé dans moins d’un an.

Source : IOPscience

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This