La course aux croûtes

15 mars 2022 | Bien-être animal, La rubrique de Pierre, Porcin, Sciences

article-la-course-aux-croutes

Partout dans le monde, entre 8 et 34 % des truies logées dans des systèmes dépourvus de litière ou de tapis de sol présentent des lésions cutanées au niveau de l’épaule. Ce problème de santé et de bien-être animal cause de sérieux maux de tête aux producteurs qui ne peuvent compter sur les mouches de moutarde pour soigner ces ulcères. Heureusement, en association avec l’Université d’État de l’Iowa, Smithfield Foods, le plus grand transformateur mondial de viande de porc, semble avoir trouvé le bon cataplasme. L’oxyde de zinc.

Les avantages surprenants de l’oxyde de zinc

Bien sûr, ces chercheurs savent que ce composé chimique qui servait à éliminer la diarrhée des porcelets sera banni dès cette année dans l’Union européenne. Mais utilisé d’une façon tout à fait différente, le ZnO ne présenterait pas le même risque de contamination environnementale des sols et de l’eau. Et tous les éleveurs seraient en mesure de faire ce traitement à la ferme.

L’étude réalisée en 2020 a permis de comparer deux options de traitement : la vaporisation d’iode et le tamponnage d’oxyde de zinc. À raison d’une application quotidienne pendant 14 jours, on a suivi le temps total de cicatrisation et de formation de gale sur trois groupes de 168 truies traitées avec l’une ou l’autre méthode et un troisième groupe témoin.

Les résultats de l’étude ont démontré que les truies traitées à l’oxyde de zinc cicatrisaient un jour plus tôt que celles qui avaient reçu la vaporisation d’iode. On a aussi noté que l’oxyde de zinc avait permis la formation de croûtes chez 12,5 % de plus de truies. De plus, l’oxyde de zinc a permis de réduire de 30 % l’élimination des truies comparativement au groupe témoin. Cela s’est avéré particulièrement efficace dans les élevages en environnement humide, puisque l’oxyde de zinc a la particularité d’être plus résistant à l’eau et de rester appliqué sur la plaie pendant une plus longue période. Il reste encore à parfaire l’étude qui soulève bien des espoirs.

Source : Pig Progress

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Dépollution porcine

Dépollution porcine

Premier producteur de pétrole en Europe, la Norvège, s’est servie de son or noir pour se constituer un fonds souverain national de 1 650 milliards de dollars, le plus important de la planète. Cela n’empêche pas le pays de vouloir s’écarter graduellement des énergies...

Les alchimistes bio

Les alchimistes bio

Qu’elles ruminent en Californie ou au Québec, les vaches des deux états donnent , en moyenne, plus de 9 300 litres de lait par année. Une mine d’or blanc qui génère tout de même d’importantes quantités de méthane, ce gaz à effet de serre destructeur. Pour transformer...

Réaction en chaîne, du rumen au pis

Réaction en chaîne, du rumen au pis

Claude « piton » Ruel, ex-entraîneur du Canadien l’avait bien dit : « Il n’y en aura pas de facile ! ». Sa célèbre expression ne vaut pas que pour la dynamique complexe entre la rondelle et le filet. Une chercheuse française qui se spécialise dans le...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This