Brahms au menu

28 septembre 2020 | Avicole, Bien-être animal, Élevage, Sciences

Le stress n’a pas la même origine et le même effet sur tous. En analysant les cris que poussent les poussins de chair, des chercheurs anglais en ont déduit que ces appels de détresse ne sont pas directement le fait de bruits forts et soudains, mais plutôt le signe d’un inconfort physique, une réaction à un cri d’alarme de leur mère ou d’une densité trop élevée.

Ce stress bloque, entre autres, la prise de poids et induit le métabolisme à développer davantage de graisse que de muscles. D’où l’importance d’être à l’écoute de ces appels à l’aide.

Une équipe de spécialistes du comportement et du bien-être animal de l’Université de Plymouth (Royaume-Uni) a analysé les sons enregistrés de 12 troupeaux commerciaux typiques de poulets de chair de 25 000 oiseaux. Les chercheurs pensent que la surveillance des appels de détresse peut indiquer en temps réel l’état émotionnel et les facteurs de stress environnementaux dans les fermes avicoles. Selon eux, cela pourrait permettre de prédire l’état de bien-être actuel et futur d’un animal.

Par ailleurs, un producteur d’œufs britannique teste depuis 4 ans des sons et de la musique dans des poulaillers pour ses 64 000 oiseaux. À 16 semaines, les poules sont lentement exposées à une musique variée, qui est jouée à différents moments de la journée pour aider à contrôler leurs habitudes d’alimentation et de sommeil. Ainsi, elles ont droit à 25 minutes de musique pour les aider à se réveiller et 40 minutes le soir pour les aider à manœuvrer sur leurs perchoirs pour dormir.

Quoi de mieux que la Ninna Nanna de Brahms pour tenter de prolonger leur vie utile à 100 semaines, sans bec coupé, ni perte de plumes. Elle est pas belle, la vie?

Sources: Poultry World (lien 1) et Poultry World (lien 2)

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This