Les gènes cannibales

14 octobre 2018 | Avicole, Bien-être animal, Élevage, Sciences

Quand on dit de quelqu’un qu’il perd des plumes, c’est que quelque chose ne tourne pas rond. Dans le cas d’une poule pondeuse, c’est plus dramatique encore. Le fait de se faire arracher des plumes par ses congénères constitue la cause principale de la réduction de son espérance de vie. Or des études sur la mortalité causée par le picage de plumes ont démontré que les gènes jouent un rôle important dans ce type de cannibalisme. La science parviendra-t-elle à mettre fin à cette anthropophagie ?

Des chercheurs du département de l’élevage et de sélection animale et de la génomique de l’Université de Wageningen (Pays-Bas) se sont attaqués à la tâche d’identifier les gènes responsables des effets génétiques directs et sociaux des volatiles. Les scientifiques ont procédé à une analyse de nombreuses variations génétiques chez trois lignées croisées de Leghorn, une des races de poule domestique les plus répandues à travers le monde qui sert notamment dans la création de souches de poules pondeuses industrielles. Toutes les poules de l’étude avaient un bec intact et étaient gardées dans des cages pouvant accueillir cinq oiseaux.

En comparant les séquences d’ADN d’un grand nombre de ces oiseaux, on a remarqué que plusieurs variations d’une seule paire de bases du génome étaient associées à des effets directs sur la durée de survie des poules. On a également identifié de telles variations sur le chromosome 2, tout près du gène du récepteur GAPA connu pour jouer un rôle dans le stress psychologique et comportemental chez de nombreuses espèces, en plus d’être associé à des troubles du comportement.

Bientôt plus de bataille d’oreillers dans les poulaillers ?

Source : Genetics Selection Evolution

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This