L’acide de fourmi

14 octobre 2018 | Alimentation, Santé, Sciences

Depuis plusieurs années, le milieu de la recherche médicale nous met en garde contre le risque de résistance aux antibiotiques, en particulier, dans l’élevage industriel. Si bien que de plus en plus de consommateurs exigent des viandes sans antibiotiques. Pour réduire l’utilisation de facteurs de croissance antimicrobiens dans les aliments pour animaux, des chercheurs de l’Université de Gand (Belgique) préconise, entre autres, l’utilisation d’un acide sécrété par les fourmis !

Dans le cadre d’un protocole expérimental, les bactéries C. perfringens, Salmonella typhimurium et E. coli prélevées dans des intestins de poulets ont été étudiées in vitro. Soumises à un mélange contenant de l’acide formique et de l’acide propionique (utilisés respectivement pour améliorer la santé des animaux et comme conservateur alimentaire), les trois bactéries ont vu leur croissance inhibée en fonction de la concentration utilisée.

Ce résultat a été attribué à la capacité de ces acides à traverser la membrane cellulaire de la bactérie, de se disperser dans la zone plus alcaline et d’acidifier le cytoplasme cellulaire. On a cependant remarqué qu’à une trop faible concentration, ces acides pourraient plutôt favoriser la croissance des bactéries E. coli et Salmonella. À une dose de 3 000 ppm, ils pourraient être bénéfiques à la microflore intestinale des animaux et réduire les bactéries pathogènes.

Source: PoultryWorld

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Photo: Opération Dernière Chance 3,1 millions de tonnes. C’est la quantité de résidus alimentaires produite annuellement au Québec, selon une étude menée par Recyc-Québec publiée en juin 2022. Et le plus frappant dans tout ça, c’est que 39% de ces résidus alimentaires...

Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This