Les pattes de mouches

1 avril 2021 | Avicole, Bien-être animal, Élevage, Santé, Sciences

À force de recherche, on a pu obtenir des poulets de chair de 2,5 kg en à peine six semaines. Un exploit qui a engendré des colosses aux pieds d’argile. Durant cette croissance fulgurante, la volaille développe de la boiterie et une faiblesse des os qui se répercute sur son activité, sa santé et son bien-être. Alors que les mouches soldats noires sont une plaie pour le bétail, une étude réalisée à l’Université de Wageningue (Pays-Bas) a démontré qu’une ration de leurs larves redonnait des ailes aux poulets qui les consommaient.

Outre la boiterie, l’augmentation rapide de poids rend les poulets moins actifs. Plus souvent au repos sur une litière qui accumule l’humidité et l’ammoniac, les os des pattes se développent moins bien. De plus, en demeurant couchés plus souvent, les volatils sont plus susceptibles de développer une dermatite de contact aux coussinets plantaires et des brûlures aux pattes. Or les chercheurs ont noté qu’en ajoutant des larves de mouches soldats noires à la ration alimentaire, la santé des oiseaux s’améliorait. 

Lors des expériences, les poulets à qui on a donné des rations de 10% de larves quatre fois par jour se sont avérés plus actifs. Chez ceux-ci, on a noté que la prévalence et la gravité des brûlures et de la boiterie étaient significativement moindres chez les poulets de chair que chez les oiseaux à qui on n’a pas donné de larves. Les groupes qui ont reçu 5% de larves quatre fois par jour ont vu leur boiterie diminuée. Même chez les poulets à qui on n’a donné ces rations de larves que deux fois par jours, la dermatite des coussinets plantaires a été réduite. 

En bout de course, on a constaté que ceux qui n’ont pas eu droit à ce supplément alimentaire ont commencé à devenir des « patates de sofa » au bout de deux semaines. Les oiseaux qui ont bénéficié de 5% et de 10% de larves sont respectivement restés actifs une et deux semaines de plus. Parions que si ce nouvel apport alimentaire devait être fourni dans des conditions commerciales, les pattes se mettront à suivre les poitrines.

Source : Poultry World

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Alexandre Coupal – Privilégier le bien-être animal

Alexandre Coupal – Privilégier le bien-être animal

https://www.youtube.com/watch?v=F560-J755nQ Les éleveurs québécois cherchent continuellement à améliorer le bien-être animal pour assurer la bonne santé mentale et physique de leurs animaux. Mais quelles sont les meilleures initiatives à mettre en place pour y...

La poule qui caille

La poule qui caille

Dans le bon vieux temps, tout le monde savait ça. En hiver, quand on avait travaillé comme un bœuf, on se tirait une bûche et on se dégelait les orteils sur la bavette du poêle en se fumant une bonne pipe. Je vous jure, ça ronronnait solide ! Aujourd’hui, à...

La moutarde lunaire

La moutarde lunaire

En raison des mauvaises récoltes en Saskatchewan, nous apprenions récemment que les amateurs de moutarde de Dijon pourraient bien devoir s’en passer cet été dans leurs hot-dogs. Mais tout ne serait pas perdu puisqu’une étude  rapporte que des scientifiques de...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This