Poulet sans terre

30 juillet 2020 | Alimentation, Avicole, Environnement, Sciences

À une époque où les terres arables diminuent comme peau de chagrin et où de plus en plus d’organisations réclament une utilisation plus judicieuse des aliments riches en protéines pour alimenter la planète, une étude réalisée par des chercheurs de l’université allemande de Göttingen a montré que les poulets de chair peuvent fort bien être nourris avec des insectes et des microalgues sans incidence négative sur la qualité de la viande. Et c’est bénéfique pour l’écologie!

Ces recherches sur l’alimentation d’insectes et de microalgues pour les poulets de chair ont montré non seulement que les deux sources de protéines représentent une alternative durable appropriée au tourteau de soja, mais que la viande produite ainsi convenait tout à fait à la consommation humaine.

Les poulets nourris avec de la farine de larves de mouche soldat noire produisent une viande équivalente à celle produite avec le tourteau de soja. Quant à ceux à qui l’on sert de la spiruline (microalgues), ils donnent une viande avec une couleur et une saveur plus intenses. L’avantage écologique résulte du fait que la production de larves et de microalgues ne nécessite pas l’utilisation de terres arables. Dans le cas des mouches, elles peuvent être produites sans qu’il faille recourir à la déforestation de parcelles de terre pourvu que l’on se serve de déchets organiques pour les « engraisser ».

Actuellement, dans l’Union européenne, les insectes ne sont autorisés que pour la consommation humaine et pour l’alimentation des poissons, mais ils devraient être approuvés pour l’alimentation des volailles dans un proche avenir.

Source : Poultry World

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This