La mémoire coriace

30 juillet 2020 | Cultures, Sciences

« Je me souviens », dit notre devise. Mais d’une génération à l’autre, les souvenirs ne se transmettent pas toujours. Ce qui est vrai pour les humains, le serait aussi pour les végétaux. À la suite d’une sécheresse ou d’une chaleur extrême prolongée, certaines plantes parviennent mieux que d’autres à s’adapter à leur environnement. Des généticiens de Pennsylvanie (ÉUA) sont parvenus à manipuler l’expression d’un gène pour induire une forme de «mémoire de stress» qui rend la descendance plus résistante.

Selon des chercheurs de l’Eberly College of Science de l’université Penn State, en réduisant au silence le gène MSH1, il est possible d’accéder à ce qui contrôle un large éventail de réseaux de résilience des plantes. Ainsi, les plantes qui «détectent» le stress après le musellement du gène MSH1 peuvent ajuster et changer la configuration de leurs racines, limiter la biomasse aérienne, retarder la floraison et modifier leur réponse aux stimuli environnementaux. Ces réponses sont «mémorisées » et transmises sur plusieurs générations qui procurent un meilleur rendement.

Les chercheurs soutiennent que les plantes peuvent être «reprogrammées» pour exprimer les gènes différemment sans altérer le génotype. Ils font remarquer que la technique n’a rien à voir avec les OGM puisqu’elle implique des gènes existants et non l’introduction de nouveau matériel génétique à partir d’une autre plante.

Source : Horti Daily

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Photo: Opération Dernière Chance 3,1 millions de tonnes. C’est la quantité de résidus alimentaires produite annuellement au Québec, selon une étude menée par Recyc-Québec publiée en juin 2022. Et le plus frappant dans tout ça, c’est que 39% de ces résidus alimentaires...

Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This