Sur la pointe des roues

14 avril 2018 | Cultures, Technologies

En remplaçant la traction animale par le cheval-vapeur, les rendements agricoles ont explosé. Mais tout n’est pas parfait. L’équipement de plus en plus imposant entraîne une compaction du sol qui peut faire chuter de 20% la production et nuire à la durabilité de l’exploitation agricole. Un chercheur de l’Université de Berne (Suisse) a développé un modèle qui permet d’évaluer le risque de compactage en tenant compte de la résistance mécanique du sol et des contraintes exercées par la machinerie.

En mettant au point son modèle informatique baptisé Terranimo®, le chercheur Matthias Stettler a pu démontrer à quel point l’équipement de ferme peut très rapidement causer de graves problèmes de compactage sur une profondeur importante du sous-sol. Il en résulte une érosion des sols et une réduction allant jusqu’à 35% du drainage du sol.

À l’automne 2017, Innovative Farmers of Ontario, une association qui promeut les bonnes pratiques de conservation des sols, invitait Matthias Stettler à mener des tests de compaction des solset à mesurer l’impact de la machinerie jusqu’à 50 centimètres de profondeur. Ils ont constaté que les pneus et les chenilles de tracteurs causent sensiblement les mêmes dommages. Par contre, la diminution de la pression des pneus et l’utilisation de pneus doubles peuvent réduire de beaucoup le compactage en profondeur. Et puis, il y a aussi le gros bon sens.

Les agriculteurs doivent connaître le poids de leur équipement et éviter de travailler dans des champs détrempés.

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This