Le vaccin d’or

31 mai 2021 | Avicole, Élevage, Santé, Sciences

Nous avons tous vu combien les doses de vaccins contre la COVID-19 se sont avérées précieuses jusqu’à la dernière goutte. Ce qui est vrai pour nous l’est aussi pour les couvoirs. En raison de l’augmentation de la taille des exploitations avicoles et de la difficulté de plus en plus grande de trouver de la main-d’œuvre qualifiée à la ferme, il devient de plus en plus important d’augmenter l’efficacité de la vaccination sur les fermes. Une étude menée pendant quatre ans en Amérique du Sud en a fait la preuve économique.

Dans un couvoir de Colombie où l’on produit 48 millions de poussins par an, on a procédé à deux types de vaccination. L’injection sous-cutanée et par vaporisation.  

On a d’abord procédé à l’inoculation avec un appareil à injection à aiguille unique. Après trois mois, des problèmes de dosage, de qualité de la vaccination et de saignement ont été décelés, rendant l’opération efficace à 88,2 % en moyenne. Au cours des deux mois suivants, on a remplacé un tiers des appareils par un nouvel injecteur à double aiguille, ce qui a permis d’atteindre une efficacité de 95 %. En n’utilisant que l’injecteur à double aiguille pour le reste de l’année, la performance a atteint 98 %. Mine de rien, sur un an, cela a permis d’envoyer 98 384 poulets de plus à l’abattoir pour un gain supplémentaire de 2,7 millions $ US.

Des tests de vaccination ont également été faits en cabine de pulvérisation. Là aussi, des lacunes au niveau de la précision du dosage ont amené les chercheurs à remplacer le système à deux buses par un autre plus performant à quatre buses. Ils ont ainsi constaté une diminution de perte du produit de vaccination de 26 %. Ce différentiel de précision de dosage a été multiplié par 10 lorsque l’on a utilisé un pulvérisateur en ligne automatisé. Ce dernier a permis de réduire le temps de traitement de 50 %. Ça commence à paraître dans les livres de comptes !

Source : Poultry World

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This