Docteur Sol

31 mai 2021 | Cultures, Environnement, Sciences

La moitié de l’approvisionnement alimentaire mondial repose toujours sur les engrais azotés synthétiques, mais leur surutilisation, leur mauvais usage et le ruissellement sont à l’origine des zones mortes et des émissions de CO2. De nouvelles technologies sortent littéralement de terre afin de sauver nos sols, un milliard de microbes à la fois. Ils contrôlent les agents pathogènes du sol et les maladies, nourrissent et renforcent les plantes en plus de retirer le carbone de l’air, réduire l’érosion et filtrer l’eau.

Parmi ces entreprises qui misent sur la puissance des bactéries, des champignons, des virus, des protozoaires et des levures, il y a AgBiome. À ce jour, la société qui a son siège social en Caroline du Nord a séquencé les génomes de plus de 80 000 souches microbiennes dont 3 500 visent à lutter contre les insectes. Par ailleurs, Biome Makers, une société californienne, utilise le séquençage de l’ADN, la bio-informatique et l’informatique intelligente pour mesure la qualité biologique du sol. Elle permet aux fermiers de récupérer la diversité microbienne pour l’appliquer en agriculture moderne.

Puisque des cultures comme le blé, le maïs et le riz n’ont pas la capacité de capter l’azote de l’air pour le convertir en nutriment, la firme californienne Pivot Bio est parvenue à activer les microbes producteurs d’azote qui le fixent dans les plantes qui en ont besoin pour une croissance optimale. Quant à la société MyLand d’Arizona, elle s’est spécialisée dans la reproduction de microalgues récoltées directement dans le sol de la ferme et qu’elle réinjecte par millions pour en survolter la fertilité grâce au système d’irrigation de l’agriculteur. 

Quand on sait qu’une cuillère à café de terre saine contient plus de micro-organismes que d’humains sur terre et que sa diversité dépasse celle des animaux et des insectes de la forêt amazonienne, on serait bien mal avisé de ne pas les exploiter tant pour notre bien que pour celui de la planète.

Source : AgWeb

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This