Le test de la vadrouille

31 janvier 2020 | Bien-être animal, Porcin, Santé, Sciences

Si aucun cas de peste porcine africaine n’a encore été recensé au Canada, bien

d’autres micro-organismes pathogènes affectent les troupeaux. Jusqu’à récemment, la détection précoce des maladies porcines se faisait par la collecte de sang ou de tissus. En plus du stress pour les animaux, cela nécessitait des compétences techniques, du temps et des dépenses considérables. Aujourd’hui, le prélèvement de fluides buccaux obtenus grâce à de simples lanières de vadrouille en coton fait (presque) des miracles.

En dépit de toutes les précautions prises par les éleveurs, il est impossible

d’échapper complètement aux infections tels le syndrome reproducteur et

respiratoire, le circovirus, la pneumonie enzootique ou encore à la présence de

vers de l’estomac. Et comme l’utilisation d’antibiotiques est de plus en plus

limitée, des professeurs de la Michigan State University Extension font état de

cette technique d’échantillonnage facile à réaliser et qui peut être appliquée à un

porc en particulier ou pour la surveillance d’un troupeau sans affecter sa

performance.

En mastiquant pendant une vingtaine de minutes des cordes de coton

suspendues, les porcs les imprègnent d’un mélange de salive et d’anticorps et

autres protéines. Ces échantillons sont généralement expédiés à un laboratoire

de diagnostic vétérinaire pour des analyses qui déterminent la présence de la

bactérie et dont les résultats sont généralement disponibles en deux ou trois

jours.

Une prévention qui s’avère nettement moins onéreuse que le traitement

d’une maladie pas suffisamment rapidement détectée.

Source : Michigan State University

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This