Les porcheries du ciel

14 janvier 2019 | Élevage, Porcin, Santé, Technologies

De loin (et même de près !), on croirait à de nouveaux HLM érigés en banlieue de n’importe quelle grande ville. Qu’on ne s’y trompe pas. Ces édifices qui pourraient se fondre dans un quartier résidentiel sont destinés aux… cochons. Confrontée à de graves éclosions de peste africaine et de diarrhée épidémique porcine, la Chine qui élève plus de la moitié de la population porcine mondiale fait l’expérience des porcheries gratte-ciel. Pour une biosécurité et une réduction des coûts apparemment jamais atteintes auparavant.

Dans la région du Guangxi, à la hauteur de Hong Kong, la société Yangxiang a érigé des fermes porcines atteignant jusqu’à 13 étages. L’Empire du Milieu, 3e plus vaste pays au monde, manquait-il d’espace pour accueillir ses quelque 690 millions de porcs ? Pas vraiment. Si les architectes de ces porcheries ont opté pour la hauteur, c’est d’abord qu’ils souhaitent mieux lutter contre les agents pathogènes qui menacent les troupeaux et l’économie.

Selon les experts de la société porcine Yangxiang, dans ses porcheries en hauteur, les chances que les épidémies se transmettent par les systèmes de ventilation sont moindres que pour les porcheries traditionnelles construites au niveau du sol. Non seulement l’air qui entre par le côté des bâtiments est filtré, mais en bout de course, il est évacué par des cheminées qui se trouvent à 15 m au-dessus du toit de l’édifice. De plus, chaque étage possède ses propres entrées d’air, ce qui fait que l’air ne peut circuler sur les autres étages. Le concept d’étanchéité est tel qu’après le sevrage, les porcelets ne quitteront le bâtiment qu’en utilisant un ascenseur séparé !

Dans l’éventualité de l’apparition d’une maladie, seuls les animaux du même étage sont sujets contamination. Le personnel, lui-même, ne peut travailler que sur un seul et même étage et doit demeurer en quarantaine pendant 48 heures avant de pouvoir revenir sur la ferme.

Quant au coût d’une porcherie gratte-ciel, il serait près de quatre fois plus élevé par emplacement d’une truie comparativement à une porcherie conventionnelle, mais la compacité des étages ferait en sorte qu’il ne faudrait plus que quatre personnes plutôt que dix pour soigner 1 000 truies.

Source : Pig Progress

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Les traîne-la-jambe

Les traîne-la-jambe

Si un soldat arrive au centre de recrutement avec un caillou dans la botte, c’est facile d’identifier son problème et de le régler. Mais si la moitié du régiment se pointe en boitant, bonne chance pour la campagne de Russie ! Même combat dans les poulaillers. On a...

Alain Chandonnet

Alain Chandonnet

Le charmeur de lumière Il a vu le jour l’année où le prototype du vaisseau spatial Apollo était lancé, le laser au dioxyde de carbone, inventé, le boson de Higgs et le modèle des quarks, découverts. 1964 ouvrait aussi tout grand la porte à l’imagerie par...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This