Le fumier tueur de bactéries

17 novembre 2015 | Alimentation, Santé, Technologies

La Salmonella et l’Escherichia coli sont responsables d’une bonne partie des intoxications alimentaires chez l’homme, tels que la salmonellose et la maladie du hamburger.

En raison de l’utilisation d’antimicrobiens sur le bétail, des résidus d’antibiotiques se retrouvent jusque dans le fumier des animaux. Ils contribuent à la résistance bactérienne d’espèces pathogènes. Des recherches menées au Canada ont permis de démontrer qu’une bonne gestion du fumier permet d’éliminer une grande quantité de ces bactéries dangereuses.

Au Centre de recherche de Lethbridge (Alberta), des scientifiques spécialisés en microbiologie et en nutrition des ruminants ont testé des façons de terrasser ces agents pathogènes nocifs pour la santé humaine.

Puisque la plupart des bactéries ne peuvent survivre à des températures de plus de 55 °C, un bon nombre d’agriculteurs empilent le fumier dans des monticules en forme de pyramide. La chaleur produite tue la plupart des bactéries.

D’autres fermiers procèdent plutôt par compostage en andains. Ils placent le fumier en longues rangées qu’ils retournent et mélangent régulièrement, ce qui permet d’atteindre des températures allant jusqu’à 71 °C.

Les chercheurs ont conclu qu’en raison de la plus haute température atteinte, cette dernière méthode était plus efficace pour se débarrasser des bactéries et détruire l’ADN associé à la résistance aux antibiotiques.

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This