Le voyage fantastique

14 janvier 2023 | Bovin, La rubrique de Pierre, Santé, Technologies

L’acidose ruminale chronique (ARC) est un trouble de la fermentation qui s’observe de plus en plus fréquemment dans le rumen des vaches laitières à forte production. On estime qu’elle coûte au secteur laitier nord-américain jusqu’à 1 milliard É.-U. par an, soit 1,12 dollar US par jour et par animal affecté. Des chercheurs de trois universités états-uniennes se sont penchés sur des technologies de microcapteurs en mesure de surveiller le métabolisme du rumen en temps réel et d’en transmettre les données.

Mais il n’y en aura pas de facile. Pour être témoin en direct du fonctionnement du processus de fermentation anaérobique du rumen et détecter l’ARC, il faut disposer d’une « navette » constituée de composants miniaturisés capables de collecter et de communiquer les données tout en résistant à un milieu chimique et physique hostile. Pour la métaphore, ceux qui ont vu le film de science-fiction Le voyage fantastique (visionnez-le à https://ok.ru/video/4638720789080) ont compris que ce n’est pas de la tarte !

Parmi les technologies de microcapteurs implantables étudiées par les chercheurs, il y a les bolus commerciaux qui utilisent des capteurs de pH conventionnels à base d’électrodes à membrane de verre. Hélas, ces électrodes sont encombrantes et fragiles. D’autres capteurs qui mesurent les différences entre les potentiels électriques présentent de nombreux avantages, tels leur petite taille, une robustesse et un stockage facile, mais doivent être encapsulés, ce qui est peu pratique. La surveillance de la fréquence et de l’amplitude des contractions ruminales est une autre voie de diagnostic de l’ARC, mais elle nécessite une intervention chirurgicale. Restaient les biocapteurs électrochimiques. S’ils font partie des candidats attractifs pour la surveillance potentielle des acides gras volatils (AGV) dans le rumen, certaines limites des prototypes de recherche actuels et des technologies doivent encore être résolues. Bref, il faudra  patienter un peu avant que les scientifiques ne puissent crier eurêka ! dans cette quête d’une prochaine génération d’élevage de précision.

Source : Dairy Global

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
L’agriculture au ciel

L’agriculture au ciel

Pouvoir se targuer de posséder des drones pour vaquer à ses tâches sur la ferme, c’est appartenir au club sélect des branchés. Bravo ! Mais que dire de ceux qui disposent déjà du premier satellite qui fera partie d’une constellation de sept engins spatiaux à vocation...

Alchimistes de l’or brun

Alchimistes de l’or brun

Chaque année, les habitants de la planète se soulagent de 800 millions de tonnes de matières fécales, soit l’équivalent en poids de 140 pyramides de Gizeh. Mais ils sont détrônés par les déjections des animaux d’élevage qui pourraient facilement remplir à...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This