Brouter sans remords

13 août 2021 | Bovin, Élevage, Environnement, Sciences

On reproche de plus en plus souvent aux éleveurs que leurs troupeaux sont responsables de près de 20% des émissions de gaz à effet de serre. Mais on dit peu que les secteurs agricoles sont les seuls capables d’éliminer les GES de l’atmosphère d’une façon sécuritaire sans entraîner une baisse de productivité. De plus, une nouvelle recherche révèle qu’en Californie, le pâturage du bétail permet parfois de soutenir la conservation de certaines espèces végétales et animales en péril. Un succès mitigé, mais digne de mentions.

L’étude publiée dans la revue Sustainability révèle une relation complexe et variée entre le pâturage et la conservation pour quelque 282 espèces menacées en Californie. Si la moitié de ces plantes et de ces animaux évoluent en milieu de pâturage, 85 d’entre eux sont influencés positivement par ces prés broutés. Le pâturage des bovins de boucherie est reconnu pour favoriser des plantes à fleurs, des mammifères, des insectes, des reptiles, des amphibiens, des poissons, des crustacés et des espèces d’oiseaux.

Dans les pacages où l’on évite la surexploitation, la végétation peut maintenir la structure de l’habitat et la fonction de l’écosystème qui permettent de soutenir une variété d’espèces. En broutant des variétés annuelles non indigènes, les troupeaux favorisent 89% des espèces touchées positivement par le pâturage du bétail. Par exemple, le contrôle des graminées annuelles non indigènes donne un coup de pouce aux populations indigènes de plantes herbacées non graminées ou à feuilles larges qui soutiennent la conservation de plusieurs espèces de papillons. Pour les plus grands animaux comme le renard de San Joaquin, le broutage permet d’éclaircir la haute végétation et de faciliter la visibilité des prédateurs. Il donne du même coup accès aux fourrés aux petits mammifères, en plus de maintenir l’habitat en éliminant l’excès de végétation et d’azote. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Photo: Opération Dernière Chance 3,1 millions de tonnes. C’est la quantité de résidus alimentaires produite annuellement au Québec, selon une étude menée par Recyc-Québec publiée en juin 2022. Et le plus frappant dans tout ça, c’est que 39% de ces résidus alimentaires...

Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This