Le lisier nucléarisé

13 novembre 2020 | Élevage, Environnement, Sciences

Contrairement à la chanson Michelle des Beatles, lisier et environnement ne sont pas des mots qui vont très bien ensemble! Mais ce n’est pas parce les déjections renferment phosphore, potassium, calcium, magnésium, sodium, des dérivés de l’azote, alouette! qu’il n’y a pas d’excellentes choses à en tirer tout en réduisant l’impact environnemental. Afin de mieux gérer les effluents d’élevage et d’optimiser leur valorisation, deux firmes danoises ont développé une technologie adaptée à l’analyse de lisier mobile.

Pour connaitre précisément la composition d’un lisier et faciliter la mise en place d’un plan de fertilisation, le fabricant de technologie de lisier Samson Agro et le spécialiste des capteurs NanoNord ont poussé à fond la technologie de scanner IRM. Grâce à la spectroscopie par résonance magnétique nucléaire, l’analyse de toutes sortes de lisier mobile en temps réel est devenue plus simple et sa fiabilité est supérieure à la technologie de la spectroscopie proche infrarouge (NIR).

Le temps de traitement actuel requis pour mesurer de manière fiable les liquides est de 30 minutes. La prochaine étape du développement, actuellement en cours, consiste à développer une version mobile pour les tonneaux à lisier qui prend moins de temps pour en déterminer le contenu.

Afin de garder le capteur abordable, comparable au prix actuel d’un capteur NIR, un aimant de 30 cm avec un diamètre interne de 12,5 mm a été choisi. Les deux entreprises travaillent pour atteindre un temps de cycle de 5 minutes et, ultimement de trois minutes.

Source : Future Farming

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This