Une relation fusionnelle

14 novembre 2017 | Cultures, Environnement, Myciculture, Sciences

Ils existent depuis 450 millions d’années et ont envahi pratiquement tous les milieux terrestres et aquatiques de la planète. Mieux. Les champignons ont même prêté main-forte aux premières plantes pour coloniser l’ensemble des continents. Aujourd’hui, un groupe de chercheurs canadiens pense pouvoir jouer dans les gènes d’un fongus particulier de telle sorte que les agriculteurs pourraient réduire l’utilisation de pesticides et diminuer la menace que ces produits posent à l’environnement.

Ce type de champignon entretient une relation, disons, fusionnelle avec le monde des plantes. En se développant sur les racines des végétaux, ils les aident à accéder à plus d’azote à la base du sol en échange de carbone. Pour ne rien gâcher, ces champignons ont la particularité de parasiter des insectes et des arthropodes qui sont nuisibles aux plantes. Leurs spores tuent certains ravageurs en consommant leur corps, puis en les utilisant comme vecteur de propagation.

Tout en reconnaissant qu’il faudra mieux comprendre la relation intime qu’entretiennent la plante et le champignon, les scientifiques de l’Université Queen’s à Kingston (Ontario), croient qu’en modifiant quelque peu les gènes du champignon, les agriculteurs seraient en mesure de les conserver dans leur sol année après année. Les chercheurs se demandent si, toujours par une modification génétique, ces champignons pourraient être encore plus sélectifs dans leur reproduction ciblant les insectes ou mieux s’adapter à différents types de sol, à la sécheresse ou à des milieux trop humides.

Un feuilleton à suivre.

Source : Smart farmers

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Cowboy de drone

Cowboy de drone

« Travailler c’est trop dur et voler c’est pas beau. ». Tous les éleveurs de bétail ne seront pas d’accord avec Zachary Richard. Oui, le boulot requiert une sacrée dose d’énergie et plusieurs ne cracheraient pas sur quelques heures de travail en moins, mais voler… ça...

C’est dans la tête

C’est dans la tête

Bien avant la pandémie, des scientifiques ont prouvé que le stress affectait l’hippocampe, la structure cérébrale qui contrôle notre humeur. Mais, qu’en est-il chez les poules? Malgré 300 millions d'années d'évolution différente, il semblerait qu’une tension nerveuse...

Condamnés à l’électrocution

Condamnés à l’électrocution

Au cours des 50 dernières années, l’usage des pesticides chimiques a été multiplié par 26, contribuant, entre autres, à la pollution des cours d’eau, à l’appauvrissement es sols et nuisant à la santé. C’est sans parler de l’augmentation du nombre de mauvaises herbes...

Dernières publications

Loading
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

Prochain événement

Si t’es dans le champs côté élevage, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrits!

Pin It on Pinterest

Share This