De la fosse à la gamelle

15 décembre 2016 | Élevage, Environnement, Sciences

Se débarrasser du méthane contenu dans les déjections animales et les eaux usées générées sur les fermes a toujours été un sacré casse-tête. Jusqu’à maintenant, la transformation de ces gaz en biométhane n’était viable que sur de grands sites de production de biogaz. Mais voilà que le Centre de Recherche Technique de Finlande (VTT) a développé une solution pour convertir même de petites sources de biogaz riche en méthane en matières premières pour l’alimentation animale ou en bioplastique.

La méthode développée par VTT est basée sur la capacité des bactéries méthanotrophes de croître dans des conditions aérobiques dans des fermenteurs de gaz. Les chercheurs introduisent le gaz de méthane dans le fermenteur où circulent les bactéries, ce qui crée une biomasse de protéine monocellulaire d’une teneur protéinique d’environ 60%.

Cette masse cellulaire est filtrée, pasteurisée, puis séchée. Selon des études antérieures, les protéines  produites à l’aide des micro-organismes peuvent être substituées à des ingrédients tels que la viande, le soja, les blancs d’œufs ou les poissons dans la nourriture pour animaux. Le groupe de recherche entreprendra tout de même des tests pour s’assurer que ces protéines pourront véritablement être introduites comme composant alimentaire.

Par ailleurs, ces bactéries peuvent également contenir du polyhydroxybutyrate (PHB), une substance naturelle dans les cellules qui leur permet de conserver l’énergie. Par exemple, le PHB peut être utilisé comme matière première pour produire un emballage biodégradable, au lieu de matières plastiques à base d’huile et non biodégradables telles que le polypropylène (PP).

Emballant, non ?

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This