Des boeufs dégênés

30 juin 2020 | Bien-être animal, Bovin, Élevage, Sciences

Domestiqués depuis 10 000 ans, c’est au cours du dernier siècle que les races taurines ont été sélectionnées intensivement pour améliorer leurs caractéristiques. Si le cheptel européen est bien adapté aux environnements tempérés, il ne se développe pas dans des environnements tropicaux. Des scientifiques sont parvenus à démêler les génomes de races bovines à partir d’un seul individu. Cette technologie mènera à l’élevage de bovins plus productifs dans des environnements difficiles.

Dans un rapport publié dans Nature Communications et financé par le Davies Research Center d’Australie, les chercheurs ont montré que les génomes de deux races de bovins importantes aujourd’hui, Angus et Brahman, peuvent être complètement décodés à partir d’un seul individu hybride portant la génétique des deux races. En 2018, grâce à une stratégie d’assemblage génomique innovante, l’équipe internationale de scientifiques a montré qu’avec cette méthode, il était possible d’identifier de grandes sections de l’ADN des parents. Maintenant, l’équipe utilise le même concept pour créer la séquence de chromosomes complets. La comparaison des génomes aide à comprendre comment les animaux s’adaptent à leur environnement, ce qui présente un intérêt scientifique et économique substantiel.

Au bout du compte, ces séquences de génomes de haute qualité faciliteront l’étude plus précise de la génétique des bovins pour améliorer la production et les caractéristiques de bien-être. Par exemple, les bovins Brahman qui sont plus à même de réguler leur température corporelle pourront être croisés avec des races européennes afin de produire des animaux mieux adaptés aux climats tropicaux.

Source : Phys org

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This