Mourir à la maison

17 octobre 2016 | Alimentation, Bien-être animal, Élevage

Pas besoin de s’appeler Brigitte Bardot pour être sensible à l’importance du bien-être animal. Ça tombe sous le sens qu’une bête bien soignée et exemptée de grands stress ne peut être que bénéfique, tant pour l’animal que pour son éleveur. Préoccupée par les conditions de fin de vie des animaux et de la qualité de la viande, une firme suédoise a développé le principe de l’abattage directement à la ferme. Grâce aux abattoirs mobiles, fini le calvaire du dernier et long voyage vers la fourchette.

En proposant l’abattage des animaux de boucherie dans leur environnement familier, la firme Hälsingestintan leur épargne un stress qui, en plus de leur occasionner des souffrances, peut se répercuter dans la qualité de la viande. Ce stress entraîne une modification du potentiel hydrogène (pH) et à une dénaturation de certaines protéines qui affecte la jutosité et la couleur de la viande.

Complètement autonome avec sa propre électricité, son eau et son système de chauffage, l’abattoir mobile est constitué de deux remorques. L’une contient la zone destinée à l’abattage, en plus d’une section bureau et vestiaire. L’autre est un entrepôt frigorifique. Non seulement les bêtes ne subissent plus les heures de transport bruyant et exténuant, mais elles restent sur le plancher des vaches et sont conduites vers le chariot d’abattage par l’éleveur qu’elles connaissent depuis toujours. Une trentaine d’animaux peuvent ainsi être abattus chaque jour et un vétérinaire peut intervenir à tout moment.

Les unités d’abattage de la firme Hälsingestintan permettent la traçabilité numérique de la viande. Voici un élément supplémentaire qui encourage la consommation d’une viande produite de manière éthique.

Source: Hälsingestintan

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

La viande, un peu, beaucoup, pas du tout

La viande, un peu, beaucoup, pas du tout

Alors que le bétail représente aujourd’hui 14,5 % des émissions planétaires de gaz à effet de serre, les Nations Unies prévoient que l'humanité mangera 14 % plus de viande d’ici 2030. Cela voudrait dire plus de demande de pâturages et de cultures fourragères, plus de...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This