Cocoric…eau !

17 octobre 2021 | Alimentation, Avicole, Bien-être animal

Pour monsieur et madame Tout-le-Monde et même pour des éleveurs de volaille, on pourrait croire que la nutrition et l’environnement sont plus importants que l’eau. C’est oublier que l’or bleu est indispensable au métabolisme, au transport des nutriments, à la régulation de la température corporelle et à la lubrification des articulations et des organes des poulets de chair. Quand on sait qu’il faut 6 000 litres d’eau pour produire 1 kg de poulet, sa consommation est un indicateur incontournable de la performance du troupeau.

Si les poulets n’ont pas besoin de la même eau que celle destinée à la consommation humaine, il demeure qu’une eau de mauvaise qualité peut interférer avec la digestion et avoir un impact sur les performances globales. Selon Sharon Maes, chercheuse postdoctorale de l’Université MID, en Suède, Suède, certaines bactéries qui utilisent le fer comme source de nutriments développent dans l’eau des biofilms néfastes. Non seulement ces biofilms dégagent une odeur qui rend l’eau potable moins désirable, mais ils propagent des maladies et augmentent le risque de résistance aux antimicrobiens en plus d’obstruer les conduites d’eau et les systèmes de refroidissement. Dans les systèmes d’abreuvement des poulets de chair, des indications de la présence de biofilms ont été trouvées dans 63 % des surfaces échantillonnées. Pour y remédier, un système de désinfection à ultrasons s’avère très efficace.

La température de l’eau est également cruciale et plus particulièrement en période de stress thermique. Une eau maintenue au-dessous de la température corporelle des oiseaux améliore leurs performances et leur bien-être. Il est plus facile de conserver un débit d’eau fraîche pour un troupeau de poulet de chair de 40 jours que pour des poussins d’un jour. Cela s’explique du fait que les premiers peuvent consommer 15 000 litres par jour dans un poulailler maintenu à 19 °C tandis que les seconds n’auront besoin que de 400 l à une température de 33 °C. Pour les poussins, il faudra s’assurer d’ouvrir les robinets au moins une fois par jour jusqu’à ce que l’eau soit fraîche.

Source : Poultry World

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les traîne-la-jambe

Les traîne-la-jambe

Si un soldat arrive au centre de recrutement avec un caillou dans la botte, c’est facile d’identifier son problème et de le régler. Mais si la moitié du régiment se pointe en boitant, bonne chance pour la campagne de Russie ! Même combat dans les poulaillers. On a...

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Opération Dernière Chance, la chance de faire une différence

Photo: Opération Dernière Chance 3,1 millions de tonnes. C’est la quantité de résidus alimentaires produite annuellement au Québec, selon une étude menée par Recyc-Québec publiée en juin 2022. Et le plus frappant dans tout ça, c’est que 39% de ces résidus alimentaires...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This