Portrait-robot du bien-être

11 juin 2017 | Bien-être animal, Sciences, Technologies

Un sourcil froncé, une lèvre grimaçante, un œil entr’ouvert et on peut dès lors avoir une idée de l’état d’une personne. Chez les animaux, il n’est pas aussi facile de déceler une douleur ou un mal-être. Ça, c’était avant que des chercheurs de l’Université de Cambridge développent des outils de mesures automatiques des expressions faciales du mouton. En plus de permettre de déceler un malaise chez les ovins, ce logiciel peut aider un éleveur à faire un diagnostic précoce et éviter des pertes de rendements.

À partir d’une base de données constituée de quelque 480 photos de visages de moutons, les scientifiques ont décomposé neuf types de mouvements faciaux qui ont été intégrés dans un programme informatique. L’algorithme utilisé permet d’interpréter avec un degré de précision et de fiabilité de 67% des indicateurs de la douleur à partir des yeux, du nez et des oreilles des bêtes. En recoupant les différents paramètres, le logiciel est en mesure de définir trois niveaux de douleur.

Si on doit à Darwin les premières observations permettant de conclure que les humains et les animaux expriment leurs émotions par des comportements apparentés, il faut bien admettre que les recherches en intelligence artificielle ne sont pas appliquées dans le même objectif selon qu’il s’agit de l’homme ou de l’animal.

Chez l’homo sapiens, cette technologie sert d’abord et avant tout à détecter le mensonge, chose à laquelle les quadrupèdes ne s’adonneraient jamais! C’est sans compter que d’autres différences entrent aussi en jeu.

Concédons que l’oreille humaine est nettement moins expressive que celle de nos amis les animaux !

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This