Le soleil de demain

12 juin 2017 | Cultures, Sciences

Il y a 30 millions d’années, le tournesol a gagné le jackpot en voyant son capital génétique doubler, laissant loin derrière la laitue et l’artichaut qui sont pourtant de la même famille. Après avoir décrypté les 52 000 composantes génétiques de la plante à grosse tête, dont celles qui induisent la date de floraison de l’espèce, les chercheurs de l’INRA comptent pouvoir accélérer le processus d’amélioration variétale. Un atout majeur pour adapter la culture au changement climatique et lutter contre les maladies.

Après avoir comparé l’ADN de quatre-vingts variétés de tournesol sélectionnées pour leurs caractères de production d’huile ou de production de graines pour la consommation humaine, les scientifiques seront en mesure de concevoir les variétés cultivées du futur. Ils se pencheront, entre autres, sur leur résistance aux maladies et leur rendement en huile, tout en tenant compte de leur adaptabilité face aux dérèglements climatiques qui se font déjà sentir.

En sélectionnant les gènes des variétés capables de résister aux parasites ou de pousser malgré les périodes de grande sécheresse, les chercheurs pourront transférer ces aptitudes aux nouvelles variétés. Le tournesol est un sujet d’autant plus prometteur qu’il nécessite très peu d’intrants et qu’il a besoin de peu d’eau.

Pour ne rien gâcher, ce décryptage du génome de référence permettra désormais de rendre plus précise et au moins trois fois plus rapide l’identification des gènes qui ont un potentiel agronomique particulièrement prometteur.

Source : INRA

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This