La sage-ferme

14 mars 2017 | Bovin, Élevage, Technologies

L’époque où l’on pouvait voir le Dr Welby étendre la lessive de ses patientes sur la corde à linge est bel et bien révolue. Aujourd’hui, même les éleveurs n’ont pas nécessairement envie de dormir d’un œil en attendant que leurs vaches soient fin prêtes à mettre bas. Une société irlandaise a donc mis au point ce que l’on pourrait appeler une sage-femme électronique. Le petit appareil mesure les mouvements de la queue déclenchés par les contractions de travail et ne vous alerte qu’au moment fatidique.

Ce détecteur de vêlage baptisé Moocall s’installe en quelques secondes sur la queue de la vache. Il enregistre plus de 600 données par seconde et peut prédire avec précision le moment où la vache accouchera. L’appareil envoie un message texto environ une heure avant la mise bas.

Installé deux ou trois jours avant la date prévue pour le vêlage, le Moocall fonctionne par tous les temps, peu importe que la vache soit dans l’étable ou à l’extérieur. Selon votre type d’élevage, le nombre d’appareils nécessaire peut varier de 1 pour 30 vaches à 1 pour 80. Le Moocall est offert avec une connexion réseau de 12 mois, les mises à jour du logiciel et permet un nombre illimité d’alertes.

Visionner la vidéo :

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
La température en 3D

La température en 3D

Gabriel Fahrenheit, le physicien allemand qui a mis au point le thermomètre à mercure, serait certainement déçu de voir son invention remisée aux oubliettes. Mais il capoterait devant ces caméras industrielles 2D et 3D qui, jumelées à des algorithmes rompus...

Au meuuuuunu, ce midi…

Au meuuuuunu, ce midi…

On le sait depuis longtemps, en matière de fibres alimentaires, l'herbe et le fourrage constituent le nec plus ultra pour la bonne santé du bétail. À cela, bien sûr, on rajoutera graminées et autres plantes. Ce n’est pas le choix qui manque. Maïs, blé tendre, orge,...

La guerre au périssable

La guerre au périssable

Pour ne pas manger ses bas, il ne suffit pas à un producteur de grain de bien ensemencer ses champs, de jouir d’une météo idéale durant toute la période de croissance et de procéder à la récolte dans de bonnes conditions. L’entreposage de ses céréales est absolument...

Dernières publications

Loading
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

Prochain événement

Si t’es dans le champs côté élevage, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrits!

Pin It on Pinterest

Share This