Fécondation en douceurs!

13 novembre 2020 | Élevage, Porcin, Sciences

Les dentistes ne l’aiment pas, mais il les enrichit ! Les diabétologues ne le recommandent pas, mais leur clientèle augmente sans cesse. De quoi s’agit-il ? Du sucre ! Mais il n’est pas dit que les producteurs de porcs, eux, n’en raffoleront pas bientôt. Pourquoi donc ?

Un consortium international de chercheurs s’efforce de trouver des façons d’allonger la viabilité du sperme de porc en utilisant des sucres naturels. Le sucre d’orge fera-t-il bientôt son entrée dans les laboratoires d’insémination artificielle ?

Ces scientifiques canadiens, états-uniens, brésiliens, indiens et russes font des pieds et des mains pour que les spermatozoïdes des porcs et des bovins puissent survivre plus que deux jours dans l’oviducte, ce tube qui relie l’utérus aux ovaires. S’ils y parviennent, cela pourrait permettre d’augmenter la fécondation chez ces animaux pour lesquels il n’y a pas de synchronisation des dépôts de sperme et de l’ovulation.

L’équipe avait déjà identifié deux types de polysaccharides naturels dans l’oviducte et auxquels les spermatozoïdes se lient. Dans leur nouvelle étude, les chercheurs se sont aperçus qu’après 24 heures, la viabilité des spermatozoïdes qui s’accrochaient à ces deux types de sucre s’allongeait respectivement de 46 % et 41 % par rapport aux spermatozoïdes qui nageaient librement. Le tout, sans affecter la motilité ni les propriétés de la semence.

On envisage d’utiliser ces deux types de sucre pour effectuer des tests de fertilité des spermatozoïdes ou encore d’en ajouter à l’oviducte pendant l’insémination artificielle pour en augmenter le succès.

Source : Pig Progress

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This