Une libido du verrat !

14 juillet 2019 | Élevage, Porcin, Sciences

Elle est finie l’époque où les curés de campagne frappaient aux portes une fois par année pour s’assurer que les mères de famille fassent leur devoir conjugal. Dans l’industrie porcine, c’est le temps très chaud de la belle saison qui fait chuter la reproduction. Heureusement pour les producteurs, la Texas Tech University a mis au point une méthode entièrement nouvelle pour contrer l’infertilité saisonnière. Ce sont les phéromones qui feront subtilement et en douceur le travail des anciens ministres du Culte !

Si les truies ont, entre autres, été domestiquées parce qu’elles sont reconnues pour pouvoir se reproduire toute l’année, l’infertilité saisonnière est un phénomène connu partout dans le monde. Cette chute de reproduction a un impact économique important. L’étude de la biologie du porc a permis aux chercheurs de comprendre que les truies répondent à la phéromone de verrat qui est constituée de trois molécules différentes, l’androsténone, l’androsténol et la quinoléine. L’utilisation des phéromones permet de réduire l’intervalle entre le sevrage et l’œstrus, la période de l’ovulation chez la femelle pendant laquelle elle peut être fécondée.

En 2017, les scientifiques De Rensis, Ziecik et Kirkwood ont constaté une réduction de 9 à 14 % et parfois jusqu’à 30 % des taux de reproduction et de gestation durant la saison chaude. Pour y remédier, on pourrait climatiser ou refroidir les bâtiments d’élevage à environ 25 °C, mais cette option s’avère très coûteuse. À la Texas Tech University, des scientifiques ont récemment signalé les avantages d’une nouvelle phéromone de verrat sur la reproduction des truies. En réunissant les trois molécules dans un vaporisateur qui imite la salive du verrat, on a obtenu la réponse comportementale sexuelle complète des truies.

Un essai sur le terrain pendant une grande partie de l’année a montré qu’en pulvérisant ce vaporisateur appelé Boar Better,  le taux de reproduction a été amélioré de 6,4 % et le taux de mise bas de 7,9 %. Le taux de réussite de la mise bas combiné a été amélioré de 12 %. Le nombre de porcelets nés vivants par portée a été augmenté de plus de 0,5 porcs par portée.

Source : Pig Progress

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This