Verratnu, le cochon sacré

15 décembre 2016 | Élevage, Porcin, Sciences

Avec 1,25 milliard de bouches à nourrir, l’Inde est confrontée à d’énormes défis. Pour conjurer la faim et la malnutrition, le gouvernement a, entre autres, misé sur les techniques d’insémination artificielle du porc. Une petite poussée en ce sens, se dit-on, ne nuirait pas à cette bête dont le haut indice de matières grasses et la faible teneur en eau procure une meilleure valeur énergétique que celle d’autres viandes. De plus, à l’exception du poulet de chair, il est le champion du gain de poids par rapport à la quantité de nourriture ingurgitée.

D’autres raisons ont incité le Centre national de recherche sur le porc (NRCP) de mettre l’accent sur l’amélioration génétique des porcs. D’une part, ces omnivores sont très prolifiques avec un intervalle de génération plus court. Une truie peut être fertile dès l’âge de 8 à 9 mois et donner deux portées de 6 à 12 porcelets deux fois par année.

Le centre de recherche cherche aussi à pallier le manque de verrats exempts de maladies pour féconder les femelles, ainsi que d’autres obstacles comme le coût élevé de l’élevage des porcs mâles, le manque de savoir-faire technique pour détecter les périodes de chaleur et l’insémination. Pour ne rien arranger, la petite taille des animaux de race indigène connaissent une croissance lente, produisent des portées plus petites et de moindre qualité. Ce sont autant de problèmes qui ont été la cause d’une baisse de la population de porcs de 7,5 pour cent entre 2007 et 2012.

Grâce à l’insémination artificielle, le clonage moléculaire et le transfert des gènes, la manipulation génétique, le traitement chimique et biologique des aliments pour animaux, ainsi qu’à l’importation de porcs exotiques, l’équipe du NRCP compte bien changer la donne. Pour mettre toutes les chances de son côté, le centre de recherche a mis au point un prolongateur unique, grâce auquel la semence de haute qualité peut être conservée à l’état liquide jusqu’à 7-8 jours sans perdre la capacité de féconder des spermatozoïdes.

Celui que l’on pourra peut-être baptiser Verratnu rejoindra-t-il bientôt le panthéon des innombrables dieux indiens ? En attendant, amenez-en des côtelettes !

Source: The Pig Site

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This