Les plantes orphelines

15 août 2022 | Cultures, La rubrique de Pierre

« La guerre, la guerre, c’est pas une raison pour se faire mal ! » Qui ne se souvient pas de cette réplique dans La Guerre des tuques ? Le conflit en Ukraine et la pénurie de blé qui en résulte nous rappellent que le riz, le blé et le maïs constituent 50 % des calories consommées dans le monde. Et comme à peine 30 plantes comblent 95 % des besoins alimentaires sur la planète, il serait sage d’adopter les quelque 30 000 autres espèces de plantes comestibles délaissées. Pour diminuer les risques de famines.

Selon un récent rapport du Centre international pour l’agriculture biosaline (ICBA) à Dubaï, la réintroduction de cultures sous-utilisées qui ne sont pas couramment commercialisées au niveau international aurait un double avantage. Elles fourniraient non seulement un système alimentaire plus diversifié et moins sujet aux pénuries causées par les futures crises climatiques, mais aussi des options nutritives et équilibrées pour l’avenir.

Contrairement au maïs, au blé et au riz, qui ne poussent pas bien dans les zones marginalisées, les cultures orphelines contribuent à la biodiversité et aident à atténuer les problèmes de la monoculture — dégradation des sols, forte utilisation de l’eau entraînant l’épuisement des sources d’eau souterraines, surutilisation des intrants chimiques causant la pollution des sols et de l’eau et une plus grande sensibilité aux ravageurs et aux maladies. Et comme elles ne garantissent pas toujours des rendements élevés, ce serait l’occasion parfaite pour se servir de l’édition du génome afin de maximiser leur efficacité.

Source : ICRISAT

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
L’agriculture au ciel

L’agriculture au ciel

Pouvoir se targuer de posséder des drones pour vaquer à ses tâches sur la ferme, c’est appartenir au club sélect des branchés. Bravo ! Mais que dire de ceux qui disposent déjà du premier satellite qui fera partie d’une constellation de sept engins spatiaux à vocation...

Alchimistes de l’or brun

Alchimistes de l’or brun

Chaque année, les habitants de la planète se soulagent de 800 millions de tonnes de matières fécales, soit l’équivalent en poids de 140 pyramides de Gizeh. Mais ils sont détrônés par les déjections des animaux d’élevage qui pourraient facilement remplir à...

Belle patte, longue vie!

Belle patte, longue vie!

Y a-t-il quelque chose qui ressemble plus à un cochon qu’un autre cochon ? À tel point, d’ailleurs, que les Chinois qui ont réussi à ficher toute leur population avec la technologie de reconnaissance faciale ne sont toujours pas parvenus à le faire pour...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This