La lampe d’Aladinde

17 décembre 2017 | Avicole, Environnement, Sciences

Si la plupart des gens adorent la dinde pour sa farce, certains la considèrent pour la qualité de ses… fientes. C’est le cas des chercheurs de l’Institut Zuckerberg pour la recherche sur l’eau de l’Université Ben Gourion (Israël) qui visent à transformer les déjections de dindes et d’autres volailles en combustible de biomasse pour produire du chauffage et de l’électricité. Ils espèrent pouvoir fournir une source d’énergie alternative et remplacer 10% du charbon et réduire les gaz à effet de serre.

Alors que la biomasse représente 73% de la production d’énergie renouvelable dans le monde, les cultures destinées à la production d’énergie accaparent de grandes quantités de terres, d’eau et d’engrais. En opérant la conversion des déchets de volaille en combustible solide, on obtient une source d’énergie renouvelable moins gourmande en ressources, en plus d’éliminer le problème de plus en plus encombrant des excréments de volaille et de réduire la dépendance aux combustibles fossiles.

En comparant la production, la combustion et les émissions de gaz du biochar qui est produit par un chauffage lent de la biomasse dans un four sans oxygène avec celui de l’hydrochar obtenu en chauffant la biomasse humide sous pression, les chercheurs de l’Institut Zuckerberg ont constaté que les déchets de volaille transformés en hydrochar ont produit 24% plus d’énergie nette.

Pour la première fois, les chercheurs ont également montré que des températures de production plus élevées obtenues par carbonisation hydrothermale entraînaient une réduction significative des émissions de méthane et d’ammoniac et une augmentation du dioxyde de carbone et du monoxyde de carbone.

Source : Université Ben Gourion

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This