Les déchets désaltérants

15 septembre 2016 | Cultures, Environnement, Sciences

Au Maroc, en raison du prix élevé de l’électricité, bien des agriculteurs se rabattent sur le butane. Le hic, c’est qu’il faut 100 bonbonnes de gaz pour irriguer un seul hectare de maïs. Pour éviter des tonnes de rebuts non traités, une entreprise locale a développé une nouvelle technologie pour la production de biogaz à partir des déchets de ferme. Non seulement cette solution innovante assure aux agriculteurs une indépendance énergétique, mais elle permet de résoudre un épineux problème de pollution, en plus de produire un riche fertilisant biologique que les petits agriculteurs peuvent revendre à profit.

À partir des travaux réalisés par le laboratoire de l’Université Hassan Ier de Settat, Fatima-Zahra Beraich, une jeune ingénieure en processus industriel chimique, a fondé Biodôme du Maroc, la première entreprise marocaine spécialisée dans la méthanisation des déchets organiques.

Son entreprise conçoit et construit des unités de méthanisation des déchets agricoles clé en main pour remplacer une énergie coûteuse et non renouvelable. L’idée de ces unités en béton enterrées dans le sol est d’autant plus bienvenue qu’aucun système de traitement, ni même de collecte des déchets n’existe pour les exploitations agricoles.

Afin d’optimiser la qualité et la quantité de biogaz nécessaire au pompage de l’eau, la firme a développé des accélérateurs biologiques. Sa première installation a été mise en place sur une exploitation agricole de la région de Khouribga où le biogaz a remplacé avec succès une source d’énergie non renouvelable.

Source : L’économiste

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This