L’épaisseur de la vie

16 mars 2016 | Environnement, Sciences

Mine de rien, il faut 6 000 ans pour constituer les 30 centimètres de terres arables qui recouvrent et nourrissent la planète. Pourtant, en raison de la bétonisation, de la pollution, des pesticides, de l’agriculture intensive et des changements climatiques, nous perdons jusqu’à 40 milliards de tonnes de terres fertiles, chaque année. Ce sont des quantités astronomiques d’insectes, de plantes, de micro-organismes et de mycorhizes qui s’en vont à vau-l’eau.

Pas moins du tiers des terres de la planète sont dégradées à un niveau plus ou moins grave. À ce rythme, estime la FAO, d’ici 2050, c’est l’équivalent du rendement de toutes les terres arables de l’Inde que l’on perdrait.

En se basant sur les travaux de quelque 200 scientifiques provenant du monde entier, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture vient de publier Le Rapport sur l’État des ressources en sols dans le monde. On y apprend, entre autres, que dans de nombreuses régions d’Amérique du Nord (pages 443 et s.), une application excessive d’engrais provoque une dégradation significative de la qualité de l’eau de surface et une menace pour la fonction du sol .

Avec beaucoup de volonté et en s’appuyant sur l’avancement des technologies et des pratiques écologiques, le Groupe technique intergouvernemental sur les sols de la FAO croit que l’activité biologique pourrait être rétabli si on mise, entre autres, sur le dopage microbien des sols.

Par ailleurs, chez nous, des technologies révolutionnaires sont mises au point pour pallier les problèmes d’épuisement et d’érosion des sols. Ainsi, près de Mirabel, dans un édifice qui a toutes les apparences d’un entrepôt, des chercheurs de l’Université McGill font pousser des salades, des radis et beaucoup d’espoir. Sur un mètre carré, les scientifiques parviennent à y faire pousser 200 fois plus de salades que sur une ferme traditionnelle.

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This