Le grand cru de 1968

14 avril 2019 | Élevage, Sciences

Si vous pensiez qu’il n’y a que le vin qui puisse se maintenir et se bonifier avec le temps, détrompez-vous. Congelé depuis 50 ans, le sperme d’un bélier a été utilisé avec succès pour inséminer 34 brebis mérinos. Le taux de naissances vivantes issues du nectar de cet ancêtre à barbichette s’est avéré aussi vigoureux que celui d’un jeune mouton fringuant maintenu à peine un an dans l’azote liquide. La semence la plus ancienne et la plus viable au monde aurait pu valoir au géniteur australien de figurer dans le Guinness !

Comme si cette performance ne suffisait pas, la professeure Jessica Rickard de l’université de Sydney a indiqué que le taux de grossesse obtenu avec le sperme quinquagénaire était de 61 % comparativement à 59 % pour celui qui n’avait été surgelé qu’une petite année. La seule chose qui aurait pu trahir l’âge du sperme est le fait que les agneaux issus de cette semence présentent des rides sur la peau. Cela aurait été trompeur puisqu’à l’époque, cette race de mouton avait justement été choisie pour cette caractéristique qui maximisait la surface de la peau et les rendements en laine.

En plus de prouver que la congélation à long terme donne de bons résultats, les scientifiques peuvent maintenant comparer et évaluer les progrès génétiques réalisés par l’industrie de la laine au cours des 50 dernières années d’élevage sélectif.

Voici peut-être le premier bélier qui fera office d’étalon !

Source: Dairy Global

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This