La Cité des hommes

14 février 2018 | Bovin, Élevage, Sciences

À l’heure où de plus en plus de gens revendiquent de ne plus être forcés de se reconnaître dans l’un ou l’autre des deux sexes, une généticienne de l’Université de California Davis bricole le génome des bovins. En ajoutant un gène appelé SRY aux chromosomes XX des vaches, même leur descendance femelle sera pourvue d’un pénis et de testicules. Pourquoi diable les travestir ainsi ? Tout simplement parce que la masse musculaire des bœufs est plus importante et plus rapide à produire. Money talks !

Pour que les vaches aient les attributs des mâles, la généticienne Alison Van Eenennaam utilise le CRISPR, un outil révolutionnaire permettant de manipuler facilement l’information génétique.

À la base, le CRISPR constitue des séquences d’ADN de virus que les bactéries ont intégrées à leur propre génome et qui agissent à la manière d’un vaccin. Mais, il est possible de manipuler le système CRISPR de sorte qu’il ne s’attaque plus à l’ADN d’un virus, mais à celui d’une cellule hôte que les chercheurs prédéterminent. Pour éditer le génome des vaches, Alison Van Eenennaam a donc créé des «sondes» d’acide ribonucléique (ARN) artificielles qui sont capables de reconnaissent le gène XX et d’y greffer le fameux gène SRY qui transforme en quelque sorte une vache en un mâle qui ne pourra toutefois pas se reproduire puisqu’il sera stérile.

Certains se demanderont pourquoi se donner tant de mal alors qu’il existe déjà du sperme destiné à n’engendrer que des mâles. Tout simplement parce que cela évite de recourir à l’insémination artificielle qui peut être particulièrement délicate.

En revanche, toute viande obtenue par CRISPR sera considérée comme un nouveau médicament et ne sera autorisée qu’après de longs tests de sécurité alimentaire.

Source: Modern Farmer

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This