Le vêlage programmé

16 décembre 2015 | Bovin, Élevage

Si la saison de vêlage des vaches s’échelonne sur 63 jours, de nouvelles études américaines révèlent que les producteurs ont tout intérêt à ce que leurs animaux mettent bas au cours du premier tiers de cette saison.

Non seulement les veaux qui naissent plus tôt seront plus lourds au moment du sevrage, mais les génisses pourront atteindre la puberté plus tôt et commencer à se reproduire plus rapidement. De plus, les génisses ayant vêlé pour leur première fois dans la première période de 21 jours ont une espérance de vie de 8,2 ans au sein du troupeau contre 7,6 et 7,2 ans pour les génisses ayant vêlé dans la deuxième ou la troisième période de 21 jours.

Les chercheurs ont également montré que les génisses ayant mis bas dans les 21 premiers jours ont tendance à se maintenir dans ce premier groupe de vêlage au cours de leurs six premières grossesses. Au fil de ces grossesses ultérieures, leurs rejetons seront généralement plus lourds à la fin de leur sevrage.

Il s’agit d’un avantage non négligeable pour les producteurs qui n’ont qu’à veiller à ce que la génisse mette bas dans les 21 premiers jours lors de son premier vêlage.

Source: The Western Producer

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

La mort du poush poush

La mort du poush poush

Tout comme le banc de traite est disparu des étables pour devenir un objet de collection dans les marchés aux puces, les vaporisateurs à acariens et autres bibites parasitaires des poulaillers pourraient bien sombrer dans l’oubli. Des chercheurs américains évaluent...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This