François Galarneau

4 janvier 2016 | Personnalité du mois

galarneau.webp

Bienvenue à la ferme Galarneau !

Le 5 janvier dernier, François Galarneau n’était pas peu fier de se voir décerner la plaque Maîtres-éleveurs Holstein 2015 pour le troupeau de 45 vaches laitières pur sang qu’il bichonne sur sa ferme de Barraute, en Abitibi-Témiscamingue. Le jeune agriculteur de 30 ans s’en voudrait de ne pas donner le crédit à ses parents pour cet honneur. «J’ai toujours vécu sur cette ferme, tout comme mon père, mon grand-père et mon arrière-grand-père et bien avant que je vienne au monde, c’est la Holstein qui a toujours régné ici.» Bienvenue à la ferme Galarneau !

Copropriétaire depuis cinq ans de l’entreprise familiale dont la principale source de revenus est la production laitière, François représente la 4e génération à trimer dur pour arriver à obtenir un troupeau comme le leur. «On connaît très bien notre race. Mon grand-père a acheté ses premières vaches holsteins, mais depuis, nous avons développé notre propre troupeau et on sait comment nos bêtes performent.»

«J’ai toujours vécu sur cette ferme, tout comme mon père, mon grand-père et mon arrière-grand-père et bien avant que je vienne au monde, c’est la Holstein qui a toujours régné ici.»

Évidemment, en mille neuf cent tranquille, l’insémination artificielle n’était pas un concept connu de l’aïeul familial, mais aujourd’hui, l’éleveur ne s’en passerait plus pour obtenir des vaches au rendement exemplaire. «Avec la classification de Holstein Canada, on connaît les points forts et les points faibles de notre bétail, soutient François. Si on a une vache qui produit beaucoup de lait, mais qui a une faiblesse au niveau des pieds ou des membres, on va choisir la semence de taureaux qui va permettre de corriger ça.»

François Galarneau est heureux de pouvoir vivre de sa ferme. Une seule ombre au tableau. L’accord de partenariat transpacifique signé récemment par 12 pays, dont le Canada. «C’est une préoccupation de tous les jours, avoue François. Si la gestion de l’offre devait disparaître, il y a de gros risques que nous perdions notre ferme.» Les Galarneau souhaiteraient d’autant plus la garder que l’été dernier, François et sa conjointe sont devenus les heureux parents d’un petit garçon qui, sait-on, pourrait constituer la cinquième génération à se consacrer à la terre ancestrale.

Découvrez aussi..
Valérie Toupin-Dubé

Valérie Toupin-Dubé

Le leadership incarné Il y a 15 ans, les habitants des villes sont devenus plus nombreux que ceux des champs. Une première dans l’histoire de l’humanité. Faut-il alors s’étonner qu’au fil des dernières décennies la relève agricole ait diminué comme peau de chagrin ?...

Isabelle Roy

Isabelle Roy

La promotrice des produits d'ici Mine de rien, depuis une trentaine d’années, la mise en œuvre de traités de libre-échange a eu pour effet de faire chuter de 80% à 30 % l’autonomie alimentaire du Québec. La pandémie et les difficultés d’approvisionnements qu’elle a...

Jean-François Gauthier

Jean-François Gauthier

Traqueur de méthane Le sud de l’Europe brûle, la Californie a soif, l’Asie se noie sous la violence des moussons et des typhons. En dépit du changement climatique de plus en plus marqué sur la planète, certains persistent à demeurer optimistes. C’est le cas de...

Dominic Lamontagne

Dominic Lamontagne

Le dernier rempart Avec sa crinière de laine d’acier tenue en bride par une queue de cheval ramassée en chignon, Dominic Lamontagne a l’allure d’un percheron qui rue dans les brancards. Pas du genre à mettre la charrue devant les bœufs, ce fermier autodidacte...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This