Le savant dosage

15 décembre 2015 | Élevage, Porcin

Dans un marché mondial extrêmement compétitif, quel éleveur de porcs n’aspire pas à améliorer la santé financière et la rentabilité de son entreprise ? Prodiguer les meilleurs soins possible à ses animaux, les maintenir dans un environnement exempt de maladie et leur fournir la nourriture la plus complète qui soit constituent évidemment la base du succès.

Il se peut, cependant, que pour optimiser sa production, il lui faille aussi recourir aux avancées génétiques. Au cours des dernières décennies, par exemple, la sélection génétique pour améliorer la fécondité des truies a fait des progrès significatifs.

Par exemple, la firme Genesus, leader mondial de production de porcs issus de troupeaux de race pure, est parvenue à obtenir des productions de plus de 25 porcelets sevrés par truie et par année.

Bien sûr, il ne suffisait pas à l’entreprise manitobaine de trouver une façon d’obtenir des portées plus nombreuses. Il fallait que cette augmentation du nombre de porcelets n’ait pas d’effets néfastes sur la truie lors de l’allaitement. Il importait aussi de s’assurer que le taux de survie et le poids des nouveau-nés soient optimums, car des études ont montré que les porcelets de faible poids à la naissance développaient plus de gras corporel, ce qui représente une perte économique pour le producteur.

Lire l’article publié sur le site The Pig Site.

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

La mort du poush poush

La mort du poush poush

Tout comme le banc de traite est disparu des étables pour devenir un objet de collection dans les marchés aux puces, les vaporisateurs à acariens et autres bibites parasitaires des poulaillers pourraient bien sombrer dans l’oubli. Des chercheurs américains évaluent...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This