Fini, le mal de cornes !

9 février 2016 | Bien-être animal, Bovin, Élevage

À force de recherche et de croisements, de moins en moins de bœufs portent les cornes. Mais en attendant la domination des lignées sans panache, l’ébourgeonnage et l’écornage demeurent nécessaires pour protéger les travailleurs et les animaux des blessures et diminuer les pertes économiques.

Moins d’un mois après l’adoption par l’Assemblée nationale du projet de loi 54 qui modifie le statut juridique de l’animal, le faisant passer d’un bien meuble à un être doué de sensibilité, le Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage augmente ses exigences. Depuis le 1er janvier 2016, pour atténuer la douleur des animaux, l’écornage doit être effectué avec l’utilisation d’un analgésique recommandé par un vétérinaire. Cette nouvelle norme s’applique également à la castration.

Selon le code de pratiques du Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage, l’enlèvement des bourgeons de corne comporte moins de traumatisme tissulaire avant leur attachement au crâne, c’est-à-dire avant l’âge de 2 ou 3 mois.

En ce qui concerne la castration destinée à empêcher la reproduction indésirable, à réduire les agressions envers les humains et les autres bovins et à améliorer la qualité de la viande, il est toujours préférable de castrer les veaux le plus tôt possible et, de préférence, pendant la première semaine de vie pour minimiser la douleur.

Depuis janvier dernier, un analgésique est exigé pour la castration des taureaux de plus de 9 mois. À compter de janvier 2018, cette obligation d’utiliser un analgésique sera requise pour les taureaux de plus de six mois.

Après tout, ce n’est pas sorcier. Il suffit de se rappeler que tout ce qui se meuhhhhhhh, n’est pas un meuble !

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

La mort du poush poush

La mort du poush poush

Tout comme le banc de traite est disparu des étables pour devenir un objet de collection dans les marchés aux puces, les vaporisateurs à acariens et autres bibites parasitaires des poulaillers pourraient bien sombrer dans l’oubli. Des chercheurs américains évaluent...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This