Bas les cages !

8 février 2016 | Bien-être animal, Élevage, Porcin

En janvier dernier, le troisième plus grand producteur de porc du Brésil (Cooperativa Central Aurora Alimentos) a annoncé qu’il allait éliminer l’utilisation continue des cages de gestation pour les truies reproductrices. Il les remplacera par des systèmes de logement en groupe. C’est bien la preuve que le mouvement en faveur du changement des méthodes d’élevage dans les maternités porcines devient irréversible à travers le monde.

En Europe, les cages de gestation sont déjà bannies depuis 2013. Au Québec, depuis juillet 2014, les nouvelles installations destinées à la reproduction doivent fonctionner sur le principe du logement en groupe, tandis que les entreprises existantes ont jusqu’en 2024 pour faire de même.

D’ici là, les éleveurs de porcs peuvent consulter le code de pratiques pour le soin et la manipulation des porcs ou aller faire un tour sur le nouveau site Web du National Sow Housing Conversion Project (NSHCP) qui offre des informations utiles aux producteurs de porc qui envisagent convertir leurs installations au logement en groupe des truies gestantes.

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Nuage porcin

Nuage porcin

Dans la tristement célèbre région de Wuhan, la Chine construit une porcherie qui pourra produire et abattre 1,2 million de porcs par an. À eux seuls, ces deux gratte-ciel de 26 étages (1 000 bêtes par plancher) représenteraient près de 20 % de la...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

La mort du poush poush

La mort du poush poush

Tout comme le banc de traite est disparu des étables pour devenir un objet de collection dans les marchés aux puces, les vaporisateurs à acariens et autres bibites parasitaires des poulaillers pourraient bien sombrer dans l’oubli. Des chercheurs américains évaluent...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This