Les vaches à vodka

30 avril 2020 | Affaires, Alimentation, Bovin, Sciences

En ces temps épidémiques, des centaines de milliers de litres de lait prennent le chemin des égouts en raison de la baisse de la demande. Certains producteurs pourraient peut-être s’inspirer de l’empereur mongol Gengis Khan qui alimentait son armée avec du lait de jument fermenté. En Amérique du Nord, certaines crèmeries s’associent avec des distilleries pour fabriquer de nouveaux types de vodka à partir du lactosérum. En période de confinement, un petit remontant ne ferait peut-être pas de mal !

Jusqu’à 90 pour cent du lait qui entre dans une fromagerie sort sous forme de lactosérum, ce qui peut être coûteux à jeter dans les décharges et potentiellement nocif pour l’environnement. Mais comme seules les grandes entreprises peuvent s’offrir l’équipement qui permet de transformer ce petit lait en poudre de protéines, des recherches menées à l’Oregon State University sur la fermentation et la distillation du lactosérum ont donné des idées à des plus petits producteurs de lait.

Puisque chaque kilo de fromage crée environ neuf kilos de lactosérum, sa fermentation à l’aide d’une levure spéciale, puis sa distillation permet de donner une boisson crémeuse et plus sucrée que la vodka traditionnelle à base de pommes de terre ou de céréales.

Il semble qu’une crèmerie qui vendrait son fromage à 88 $ le kilo pourrait, grâce à la vodka de lactosérum, augmenter sa vente au détail jusqu’à 50 %. Un résultat franchement grisant!

Source : Oregon State University

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This